Une femme à la tête de la Corée du Sud

  • 19 décembre 2012
Park Chung-Hee.
Park Chung-Hee, la première femme à prendre la présidence de la Corée du SUD.

Park Geun-Hye, candidate du parti conservateur au pouvoir, est la fille de Park-Chung Hee, qui avait dirigé le pays pendant 18 ans après s'être emparé du pouvoir à la faveur d'un putsch.

Son adversaire, le candidat du principal parti d'opposition, Moon Jae-In, a reconnu sa défaite après un scrutin serré.

C'est avec un sentiment de joie teintée de tristesse que Park Geun-Hye s'installera à la Maison Bleue, le palais présidentiel, au début de l'année prochaine.

Elle y a vécu - à l'âge de 22 ans, elle avait fait office de première dame après l'assassinat de sa mère.

Son père, un militaire qui à l'époque dirigeait la Corée du Sud, a connu le même sort quelques années plus tard.

A 60 ans, elle accède à la présidence d'un pays où les femmes se plaignent d'un sexisme largement répandu.

La Corée du Sud se focalise encore sur la période que Park Chung-Hee a passée à la tête du pays.

Park Geun-Hye a présenté ses excuses pour les violations des droits de l'homme commises sous la présidence de son père.

Mais de nombreux Sud-Coréens considèrent que l'héritage de l'ancien dirigeant a terni la campagne de sa fille.

Park Guen-Hye, qui n'est pas mariée, a fait de la lutte contre la corruption son cheval de bataille.

Cette dame, qui affirme s'inspirer d'Angela Merkel et de Margaret Thatcher, a survécu à un attaque au couteau lors d'un meeting électoral il y a six ans - ce qui lui a valu une soixantaine de points de suture.

Elle a notamment promis de mieux répartir la richesse nationale et de réactiver les contatcs avec la Corée du Nord.